L'Idylle des cerises

Meriem Atlaoui

Laissez-vous emporter sur les traces de Rousseau.

Pour ce tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, nous redécouvrons ses textes connus et étudiés durant nos années scolaires. Pour ma part, je découvre ses textes de marche et regarde la montagne avec envie. Il y a encore quelques années la marche était quelque chose de présent dans ma vie, organisant de grandes randonnées pour mes vacances, je lis aujourd'hui les récits de Rousseau et connaissant ce sentiment exaltant que vous procure la marche, les images viennent à moi sans les avoir expérimentées. Aujourd'hui je vous propose de marcher pour moi, d’aller sur les pas de Rousseau en suivant un protocole qui vous sera donné plus bas. Découvrez ce parcours que je me suis tant imaginé, et à votre tour, racontez-moi ce que vous avez vécu.

Le premier juillet 1730, Jean-Jacques Rousseau se leva à l'aurore, l'aube était d'une telle beauté qu'elle ne pouvait être que la promesse d'une belle journée d'été. Rousseau décida de gagner rapidement la montagne afin de voir le jour se lever sur la vallée d'Annecy. Ce départ spontané l'amènera jusqu'à Thônes. Quarante ans plus tard lorsqu'il évoque cette balade il déclare ceci : "Je sais que la mémoire d'un si beau jour me touche plus, me vient plus au cœur, que celle d'aucuns plaisirs que j'ai goûtés en ma vie..."

A votre tour, passez une journée parfaite remplies de belles images, de joie et de convivialité.

La veille de votre balade vous devez avoir préparé dans vos affaires un pique-nique et une bouteille de vin, ne vous chargez pas trop car comme le disait Jean-Jacques Rousseau dans Julie ou La Nouvelle Héloïse, "les vrais besoins n'ont jamais d'excès." Prévoyez de faire cette marche avec des amis. Même si Rousseau était un solitaire, il appréciât la compagnie de ses amis durant cette journée.

Lorsque le premier rayon de soleil fera son apparition vous devez partir vers la montagne du Mont Veyrier, prenait le temps lors de votre ascension d'observer les lumières sur le lac et la ville. Votre but est d'arriver dans la soirée à Thônes en passant par Dingy et en faisant une escale au manoir de la tour de Glapigny.

Sur le chemin n'hésitez pas à cueillir des cerises à chaque fois que la nature vous en donne l'opportunité et dégustez-les en guise de goûter, à l'ombre d'un arbre.

Lorsque vous arriverez au manoir de la Tour de Glapigny, partagez le pique nique avec tous vos compagnons de voyage, comme Rousseau le fit des siècles auparavant. Mais contrairement à Jean Jacques et ses compagnons vous n'aurez pas oublié de prendre avec vous une bouteille de vin. Cette omission fut la seule chose qui entacha cette journée pourtant si parfaite "[…] il y avait de quoi faire un très bon dîner, surtout en friandises ; mais malheureusement on avait oublié le vin. Cet oubli n’était pas étonnant pour des filles qui n’en buvaient guères : mais j’en fus fâché, car j’avais un peu compté sur ce secours pour m’enhardir."

En l'honneur de Jean Jacques Rousseau et pour conclure cette journée partagez entre amis cette bouteille. Mais n'oubliez pas ce que lui même affirmait : "Quiconque fait dans le vin de mauvaises actions, couve à jeun de mauvais projets."

Pour partager vos écrits, envoyez-les à l’adresse suivante : lessolitudesderousseau@gmail.com

<< Précedent // Accueil // Suivant >>