Basse-Jarrie

Nicolas Koch et Arthur Poisson

Le jour de notre déplacement à Basse-Jarrie, il ne nous a pas fallu longtemps pour échafauder le projet que nous allions réaliser. L'étendue lumineuse que formait dans le crépuscule l'usine Arkema, seule au milieu de son terrain, eut raison de nous. Nous souhaitions partager l'onirisme dont nous étions témoins. Le moyen le plus simple de le faire était de réaliser une série de photographies, ce que nous entreprîmes le soir-même.

Le but réel de ce projet est d'arriver à faire voir sous un regard neuf et bienveillant un lieu qui souvent est dépourvu d'attention. En effet, il est assez rare d'être pris d’une envie de faire une balade dominicale autour d'une usine ! C'est en quelque sorte ce que nous souhaitons vous inciter à entreprendre. Dans le cas présent, nous vous proposons une expérience de préférence nocturne afin d’apprécier toute la diversité du site de Basse-Jarrie.

Arrivés à destination, ouvrez grand les yeux, accordez de l'importance aux détails présents, laissez-vous guider par chacun des bruits qui rythment l'espace. Ces bruits sourds vous suivront tout au long de votre visite. Ils s’amplifieront au fur et à mesure que vous vous approcherez des bâtiments dans lesquels ronronnent les machines en marche constante. Devant l'entrée principale de l'usine, face à vous un panneau lumineux, sur le côté une imposante sphère de béton qui, sous les feux des projecteurs, devient un incroyable engin spatial prêt à s'envoler.

Deux chemins s'offrent maintenant à vous : à droite ou à gauche. Ce choix n'influencera guère la suite de la visite, car longeant le grillage, la route vous mènera immanquablement au point de départ. Libres à vous donc de déambuler, de choisir de vous attarder sur ce que vous trouverez sur place. Il est surprenant de s'imaginer observer un lieu tel que celui-ci, mais vous y trouverez bien des curiosités.

Certaines de ces implantations de structures-sculptures métalliques, referment une intense activité qu'à aucun moment on ne ressent ; elles forment le décor de cette balade plutôt paisible dont les éléments hétéroclites de l’architecture parlent un curieux langage.

En restant sur la route, vous vous écarterez du centre de l'usine jusqu'à un virage éloigné, entre les arbres. Retournez-vous ; Il fait nuit noire ! Le contraste est à son apogée, quelle clarté, quelles lueurs ! Un parc d'attraction ferait pâle figure à côté.

Le plus sensationnel reste sans conteste cette montagne de sel, immense… Si vous êtes chanceux et patients, vous verrez peut être le chargement d'un camion. D'ordinaire dans le noir, ce mont blanc salé est éclairé par le bulldozer ; ce qui donne à ce géant mécanique la taille d'un insecte. Définitivement, un spectacle de son et lumières à ne pas manquer !

<< Précedent // Accueil // Suivant >>