Annecy – Saint-Martin-d'Hères

Benjamin Artola et Nicolas Koch

Le 6 décembre 2011, Benjamin Artola et Nicolas Koch ont entreprit une balade de trois jours pour rallier Annecy à Saint-Martin-d'Hères à pied (110 km). Ils ont traversé pour cela trois départements, la Haute-Savoie, la Savoie et l'Isère. Partir sans carte est intéressant car cela nécessite une ouverture supplémentaire. Ils ont dormi dans une petite tente sous des sapins et sur un terrain de foot. Ils ont dégusté du saumon frais dans la mairie du Châtelard entourés de pêcheurs des Bauges, ils ont découvert le skatepark le plus minimal de tous les temps, ils ont pu fantasmer sur la mer de nuages du col d'Albigny, ils ont goûté à de l'alcool de prune tout frais sorti d'un alambic, ils ont vu des énormes cèpes sculptés dans le jardin d'une maison, ils ont surpris un troupeau de sangliers foncer d'un versant à l'autre de la montagne... La marche est un outil utile pour le regard !

"Au moment où nous descendions le village de St Pierre d'Albigny nous avons rencontré une femme revenant du marché de Noël ; elle portait un sac plastique rempli d'un tas de truffes, de meringues et de chocolats invendus. Elle nous accompagna un moment car nous passions devant chez elle. Nous devions sûrement sembler un peu éprouvés et sales mais nous avions le sourire. Elle nous offrit la moitié de ce que contenait son sac plastique puis décida de rajouter 20 euros à son cadeau. On a gardé l'argent pour le dernier repas avant d'arriver pour se payer un steak frite ! On a pris une photo pendant le repas pour lui envoyer."

Ne partez pas vous balader en pensant ramener 20 euros après avoir lu ça.

Cette marche est un exemple parmi tant d'autres. Elle reste assez courte. On retrouve une certaine confiance, même après une balade de quinze minutes. Il est nécessaire de provoquer un nouveau souffle.

Nous avons tous un parcours quotidien, des repères visuels dans la ville, ce qui implique une sorte de marche confortable. Il est bon aussi parfois de tenter d'autres itinéraires.

"Tant que je marche je ne sais rien" — Francis Alÿs.

<< Précedent // Accueil // Suivant >>